Archives de Tag: Ban Pathao

Des montagnes, des rivieres et des hommes

Par défaut

Apres quelques jours passes a Luang Prabang, que j’appelle La belle endormie, nous voici en route pour Vang Vieng, nid a touristes buveurs de bierre et de Lao lao, alcool de riz tres ennivrant….

Mais pourquoi Vang Vieng me direz vous ? Mais parce que c’est l’endroit le plus proche de chez nos amis Ger et Koua, le village de Ban Pathao au pied des montagnes, en bordure de la riviere Nam Xong.

Nous sommes donc partis sous une pluie battante pour rejoindre Vang Vieng : 260 km, 7h de route…la route s’est beacoup degradee depuis mon dernier sejour, les nids de poule sont devenus des crateres a certains endroits. Toute exageration meridionnale mise a part (quoi que…), les pluies n’arrangent rien et par moment les versants  deboulent sur la route obligeant notre chauffeur a rouler encore plus prudemment, dans la brume qui nappe les vallees et cache les sommets ce qui confere un certain mystere et une feerie etonnante au paysage.

Nous avons retrouve la Old Phoubane Guest House avec plaisir, sa proprietaire, laotienne francophone sympathique nous ayant precede de peu. Niko et moi avons repris « notre » chambre : bref a la maison…

Et aujourd’hui journee retrouvailles et emotion. Ger et Koua, sont venus nous chercher pour passer la journee avec eux au village. Quatre ans sans les voir en ce qui me concerne, il y avait a dire…Niko a distibue les photos prises par lui l’an dernier, notamment celles de la petite Mai, petite fille  handicapee dont le visage s’est illumine et qui nous a gratifies d’un intense moment d’emotion quand elle s’est vue en photo. Trop fort pour etre raconte ici, il faut que les choses decantent, mais cet instant fait partie  de ces moment de grace que rien ne peut effacer, moment fragile et beau a preserver precieusement et a partager quand on le peut avec quelques uns.

Que dire sinon quand la magie des retrouvaille surpasse tout? Rien, se taire, inviter ceux qui me lisent a faire le voyage et a voir par eux meme. Quel dommage aue les kayakistes, tubeurs et noceurs de Vang Vieng passent a cote de ce qui fait la beaute de ce pays : pas les paysages, les gens.

Publicités