Archives de Tag: emotions

Le retour du Mékong…

Par défaut

Après deux jours dans le chaudron saïgonais, dans le vacarme permanent des klaxons, nous avons fui vers le delta du Mékong, non loin de Vinh Long.

Nous avons retrouvé le grand fleuve, abandonné à Vientiane et survolé à Phnom Pen. Song Tien, le bras que nous avons traversé, d’abord sur un superbe pont puis en bateau en sens inverse, est plus large qu’au Laos. Et ce n’est là qu’un des neuf bras…

Cửu Long Giang. Les Neuf Dragons. Un univers en soi, où l’eau est à la fois promesse de vie et menace de mort, quand les crues font monter le fleuve, ravageant tout.

Nous sommes sur une petite île, à An Binh, dans un homestay en apparence au milieu d’un nulle part sillonné de pistes en béton à peine au-dessus des eaux jaunes du fleuve. L’île est parcourue d’un réseau de canaux qui font immanquablement penser à Apocalypse Now. Il suffirait de la musique des Doors et de la figure fantomatique du colonel Kurst pour s’y croire. Mais, en guise de Doors, ce sont les rires et les cris d’enfants. Le colonel est parti depuis bien longtemps. Et trop loin de la mer, Charly ne surfe toujours pas.

C’est un havre de paix. Il ne semble pas y avoir d’heure, notre famille d’accueil est simplement charmante, le ciel est bleu, les cocotiers tout verts… Il ne reste plus qu’à ne rien faire. Se la couler douce en attendant que ça se passe. Dessiner, lire, dormir.

Si la paresse est un péché capital, alors je suis bon pour l’enfer. À condition seulement qu’il ressemble à ce minuscule bout de terre hors du temps…

Publicités

J’ai retrouve tous mes esprits !

Par défaut

Ce n’est pas que j’etait fou – en tout cas pas plus que d’habitude – mais avant de quitter Vang Vieng, il fallait imperativement que mes 32 esprits soient tous bien la, au chaud dans mon corps.
Pour cela, Ger avait organise la ceremonie ad hoc a Ban Phathao, un de ces baci dont il a le secret et sans lequel il est parfaitement stupide de vouloir partir au loin. En tout cas sans prendre le risque de laisser l’esprit du pied, par exemple, derriere soi et souffrir d’un cor invisible et inexplicable jusqu’a quand on revient au pays. Pas franchement terrible, vous en conviendrez.
Toute la « famille » etait reunie : Ger et Xiang, son epouse, Khoua et sa femme, ainsi que leur fille, embauchee pour cuisiner. Le fils aine de Ger n’etait pas bien loin et une horde d’enfants rieurs guettait chacun de nos mouvement, indifferents a la pluie qui nimbait la foret.
Ger a demande aux esprits, ces 32 esprits qui cohabitent en nous, de revenir. L’heure etait grave et la lente psalmodie, ponctuee de nos prenoms, belle et douce dans l’air calme du matin. Deux poulets ont livre leurs oracles : notre voyage se poursuivra sans encombre. Tout allait bien se passer…
Apres que nos poignets eurent recus les bracelets rituels attachant a notre corps les esprits potentiellement balladeurs, nous avons mange. Banquete. Festoye. Riz. Poulets. Fricasses de feuilles de manioc. Soupe aux legumes. Mirinda. Pas ce que l’on fait de mieux, ce soda trop sucre au gout un peu chimique. Mais ce fut un vrai festin !
Le temps est passe trop vite. Le temps ici passe toujours trop vite. Il y a tant a dire, a voir, a faire, tant d’amitie qui se noue – Suzy que Xiang annonce etre sa soeur, qui l’embrasse au moment du depart, chose rare de la part de cette femme douce et reservee – que nous avions tous le coeur lourd au moment de monter dans le camion. Camion, qui au demeurant ne voulait pas nous laisser partir, usant fallacieusement d’un mauvais argument, cable de batterie un peu faible. Tu parles ! Nous nous sommes allonges, Ger et moi, dans la boue ocre du village, comme pour nous prosterner mais finalement, le fils de Ger a eu raison du vehicule recalcitrant. Objets inanimes, avez-vous donc des kwan ? Il faut croire que oui. Et que le fils de notre ami est un bon chamane.
Devant la guest-house, a Vang Vieng, Ger avait des larmes aux yeux.
Moi aussi.

Estampes Vietnamiennes par Suzy

Par défaut

La route vers Ha Giang me mene a travers des paysages que je ne connaissais pas . Une decouverte de ce pays , de tout un peuple de la montagne dont me parlaient mes grands parents . Notre premier « homestay » , l’ambiance ressemblait plutot a l endroit ou je passais mes vacances chez mon grand pere a Vung tau :
une campagne verte de rizieres et de rau muong liseron d eau , des enfants gardant les buffles ; me voila loin de tout et pres des miens . C etait un vrai moment de bonheur ,les bruits des champs des animaux des enfants ,l odeur de cette terre ; mes racines l espace d un instant une petite aquarelle pour garder en memoire tous les verts des rizieres des bambous , une encre pour decrire la jolie fille qui garde son buffle tout en lisant son cahier de lecon du matin elle s appelle Thu Thuy… mais la nuit tombe et le chemin du village n est pas eclaire . j ai du rejoindre mes compagnons
Meo vac et don vang; des paysages a vous couper le souffle ; a se demander comment arriver a rendre ses emotions et la beaute de ce que l on voit
Les hmongs sont des gens accueillants et tres souriants ; les touristes ne sont pas encore arrives dans ces contrees : quel bonheur pour nous . Certains parlent le vietnamien nous avons pu echanger quelques mots sur nos vies . Beaucoup d encres en perspectives pour la rentree bien sur
Cet apres midi je vais commander mon tampon cire pour signer toutes ces nouvelles oeuvres QUE DU BONHEUR a partager